Dieu est amour. François Mauriac

Le jour de la mort de François Mauriac en 1970, on a pu entendre à la radio la voix du grand écrivain. En 1951, il avait fait enregistrer un texte qui constituait son testament spirituel. Voici ce qu’il disait :

— Cette voix brisée que vous entendez aujourd’hui n’est pas celle que Dieu m’avait donnée, mais il a fallu un jour que le chirurgien m’enlève une corde vocale. Ainsi, atteignons-nous la vieillesse comme un pauvre mouton qui a laissé de sa laine à toutes les ronces du chemin. Le jour où vous l’entendrez cette voix, je ne serai plus parmi les vivants. Vous l’entendrez le jour de ma mort. L’absurdité du monde n’apparaît que si nous le mesurons à notre courte raison. En réalité l’explication de l’énigme existe. Elle nous sera donnée d’un coup, à peine le dernier soupir exhalé. Dans la 66ème année de ma vie, je crois, comme lorsque j’étais enfant, que la vie à un sens, une direction, une valeur… que le secret du monde tient en trois mots : Dieu est amour.

Oui, la vie a un sens, un sens, une direction, mais laquelle ? Celle qui nous conduit à Dieu.Le secret du monde, dit Mauriac, tient en trois mots : Dieu est amour. Ce n’est peut-être pas tout le secret. Dieu est saint et je suis un pécheur ; Dieu est juste et il se doit de me condamner ; mais Dieu est amour et il m’a donné un Sauveur. Grand secret qu’il m’est possible de connaître dans cette vie déjà !

Tu (Dieu) m’as fait vivre. Voici au lieu de la paix, j’avais amertume sur amertume ; mais toi, tu as aimé mon âme, la retirant de la fosse de destruction, car tu as jeté tous mes péchés derrière ton dos, Esaïe 38 : 16-17.

 

Jean-Louis Gaillard
www.365histoires.com
www.jlgaillard.fr

Recent Posts

Start typing and press Enter to search